L'Ordre des Protecteurs

Protection, honneur, courage et entraide sont nos mots d'ordre.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Empire romain

Aller en bas 
AuteurMessage
Bernheart
Chef du Concile d'Argent
avatar

Masculin Nombre de messages : 640
Age : 35
Localisation RR : Ville-franche de rouergue - Comté de Rouergue
Date d'inscription : 20/12/2007

Feuille de personnage
Force:
103/255  (103/255)
Intelligence:
74/255  (74/255)
Charisme:
80/255  (80/255)

MessageSujet: Empire romain   Lun 21 Avr - 22:03

L'Empire romain correspond à une phase de la civilisation de la Rome antique caractérisée par une forme de gouvernement autocratique. Il succède à la République romaine vieille de 500 ans (509 av. J.-C. – 27 av. J.-C.) affaiblie par le conflit entre Marius et Sylla ainsi que par la guerre civile opposant Jules César à Pompée et Marcus Brutus[1]. Plusieurs dates sont proposées pour marquer la transition de la République à l'Empire : soit à la nomination de César au titre de dictateur perpétuel en 44 av. J.-C., soit à la victoire d'Octave à la bataille d'Actium le 2 septembre 31 av. J.-C., ou encore lorsque le Sénat gratifie Octave du titre d'Auguste le 16 janvier 27 av. J.-C.[2].

Le terme Latin Imperium Romanum, où le mot « Imperium » indique un territoire, correspond à la part du monde sous domination romaine. Depuis le temps d'Auguste jusqu'à la chute de l'Empire romain d'Occident, Rome domine tout le pourtour de la mer Méditerranée et la partie occidentale de l'Europe. L'expansion romaine commence bien avant l'institution de l'Empire et atteint son zénith sous l'empereur Trajan avec la conquête de la Dacie en l'an 106. À l'apogée territorial, l'Empire contrôle approximativement 5 900 000 km² de surface terrestre et compte 88 millions d'habitants. L'influence de Rome dans la culture, les lois, la technologie, les gouvernements, les arts, le langage ou la religion sur les civilisations qui lui succédèrent perdure de nos jours.

La fin de l'Empire romain est traditionnellement datée le 4 septembre 476, lorsque le dernier empereur de l'Empire romain d'Occident, Romulus Augustule est déposé par Odoacre et que ses insignes sont envoyés à Byzance, marquant la fin de la lignée impériale. Cependant, Dioclétien, qui se retire en 305 ap. J.-C. est le dernier empereur d'un empire indivisé dont la capitale est Rome. Après la division de l'empire par Dioclétien, chaque ensemble continue de s'appeler l'« Empire romain ». La partie occidentale décline et disparaît durant le 5e et le 6e siècles. L'Empire romain d'Orient, qui adoptera le grec comme langue officielle, et qui sera ultérieurement plus connu sous le nom d'Empire byzantin, préserve les traditions légales et culturelles grecques ainsi que des éléments helléniques et chrétiens orthodoxes durant un millénaire supplémentaire, jusqu'à la défaite contre l'Empire ottoman en 1453, à la chute de Constantinople.

_________________
Umbarma nà raina ve atta meldor ten in airë, mi melda, mi Héru.
Varya ar veuma i lië
Protéger et servir le peuple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernheart
Chef du Concile d'Argent
avatar

Masculin Nombre de messages : 640
Age : 35
Localisation RR : Ville-franche de rouergue - Comté de Rouergue
Date d'inscription : 20/12/2007

Feuille de personnage
Force:
103/255  (103/255)
Intelligence:
74/255  (74/255)
Charisme:
80/255  (80/255)

MessageSujet: l'Empire comme régime   Lun 21 Avr - 22:08



Ce régime a été fondé par Octave après les guerres civiles de la fin de la République romaine. On le date habituellement de 27 avant J.-C., quand le Sénat décerna à Octave le titre d'Auguste et lui remit les pleins pouvoirs. Mais cet événement ne faisait qu'officialiser une situation qui durait au moins depuis -31, après la bataille d'Actium au cours de laquelle Octave avait battu les forces de Marc-Antoine et de Cléopâtre. De plus, depuis la dictature de Jules César, Rome était déjà habituée à vivre dans un régime s'apparentant à la monarchie.

Mais, officiellement, il n'y a jamais eu de proclamation de l'Empire et Rome est restée très longtemps (au moins sous le Principat) une République. Il était entendu que cette république remettait volontairement le pouvoir entre les mains d'un seul homme, jugé seul capable d'assurer sa survie. Auguste et ses successeurs jusqu'à Domitien n'eurent que le titre de princeps, « prince », qui était porté sous la République par le sénateur qui avait le droit de parler le premier lors des réunions (il était censé être inspiré par les dieux et, pour cela, particulièrement écouté).


Les historiens distinguent pour le début de l'empire quatre familles d'empereurs : les Julio-Claudiens, les Flaviens, les Antonins et les Sévères. De plus, il est de tradition de distinguer les bons et les mauvais empereurs qui abusèrent jusqu'à l'extrême du pouvoir du princeps. Ainsi, Caligula, Néron, Domitien, Commode ont une très mauvaise renommée. L'empereur Septime Sévère a réussi à maintenir la paix autour du limes et a renforcé le pouvoir de l'empereur. Pour cette raison, la tradition historienne distingue deux périodes dans l'histoire de l'Empire jusqu'à la fin du IIIe siècle : le Principat et le Dominat, ce dernier étant considéré comme portant davantage les traits d'une monarchie absolue.

À l'imitation d'Auguste, qui avait repris le nom de son père adoptif, les empereurs ont ajouté le nom de « César » au leur, ce qui en a fait un titre, d'où viennent ceux de Kaiser en allemand et de Tsar dans les langues slaves. Très régulièrement, l'empereur recevait de manière quasi automatique certains titres honorifiques, en particulier celui d'imperator (qui a donné le français « empereur »), antérieurement décerné par les soldats à leur général quand celui-ci avait remporté une brillante victoire.

L'Empire romain se divise en deux périodes : le Haut Empire et le Bas-Empire. Ce dernier concerne le IIIe siècle, le IVe siècle et le Ve siècle, en Occident.

_________________
Umbarma nà raina ve atta meldor ten in airë, mi melda, mi Héru.
Varya ar veuma i lië
Protéger et servir le peuple.


Dernière édition par Bernheart le Jeu 4 Mar - 14:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernheart
Chef du Concile d'Argent
avatar

Masculin Nombre de messages : 640
Age : 35
Localisation RR : Ville-franche de rouergue - Comté de Rouergue
Date d'inscription : 20/12/2007

Feuille de personnage
Force:
103/255  (103/255)
Intelligence:
74/255  (74/255)
Charisme:
80/255  (80/255)

MessageSujet: Rome Antique.   Lun 21 Avr - 22:12

On parle de Rome antique pour désigner la ville de Rome et l'empire qu'elle a fondé dans l'Antiquité. L'idée de Rome antique est inséparable de celle de civilisation romaine. Le destin extraordinaire de ce regroupement de villages au VIIe siècle av. J.-C., qui parvient à dominer l'ensemble du monde méditerranéen et ouest-européen du Ier au Ve siècle a engendré de la part des contemporains des récits mythologiques exaltant la grandeur nationale. Le légende de Romulus et Rémus, les récits de Titus-Livius en témoignent. Mais le tableau d'une ville progressant de manière continue et par ses propres forces depuis d'humbles débuts jusqu'à la maîtrise de l'Italie, puis de l'ensemble du monde méditerranéen est un tableau tout à fait artificiel, ne correspondant absolument pas à la complexité des faits. Son histoire n'a pas été celle d'une croissance continue : aux progrès ont succédé des reculs et des replis. Mais les Romains sont parvenus à résoudre les difficultés internes nées de la conquête en transformant leurs institutions républicaines. La fondation de l'Empire par Auguste marque le début d'une période où la civilisation romaine, en partie héritée des Grecs, influence durablement les régions conquises. À partir du IIIe siècle, le monde romain subit l'assaut des Barbares venus de l'Europe du Nord et de l'Asie, et pour leur résister s'est donné une structure bureaucratique et militaire , ce qui n'a pas empêché le brillant renouveau du IVe siècle ainsi que l'établissement du christianisme comme religion d'État. Après la séparation entre l'Orient et l'Occident en 395, de nouvelles invasions mettent fin à l'empire en Occident, tandis que l'empire d'Orient se transforme et devient l'Empire byzantin, à bien des égards héritier de l'Empire romain.

_________________
Umbarma nà raina ve atta meldor ten in airë, mi melda, mi Héru.
Varya ar veuma i lië
Protéger et servir le peuple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernheart
Chef du Concile d'Argent
avatar

Masculin Nombre de messages : 640
Age : 35
Localisation RR : Ville-franche de rouergue - Comté de Rouergue
Date d'inscription : 20/12/2007

Feuille de personnage
Force:
103/255  (103/255)
Intelligence:
74/255  (74/255)
Charisme:
80/255  (80/255)

MessageSujet: Marius et Sylla   Lun 21 Avr - 22:15

Marius

Caius Marius dit le sage, né en 157 av. J.-C. à Cereatae, près d’Arpinum et mort à Rome en 86 av. J.-C., était un général et homme d’État romain, élu Consul à sept reprises au cours de sa carrière. Il est connu pour avoir drastiquement réformé l'armée romaine, en permettant le recrutement de citoyens qui n'étaient pas propriétaires terriens et en restructurant les légions en plusieurs cohortes. Il épousa Julia Caesaris, tante de Jules César.

Sylla

Sylla ou Sulla (Lucius Cornelius Sulla en latin) est un homme d'État romain, né en 138 av. J.-C., mort à Cumes en 78 av. J.-C.
Sa carrière commence en -105 en Afrique. En qualité de légat, il mène alors les négociations secrètes qui conduiront son général, Marius à la victoire sur Jugurtha de Numidie.

En particulier, il persuade le roi Bocchus de Maurétanie de trahir Jugurtha qui s'était enfui en Maurétanie pour se mettre à l'abri. C'était une opération délicate, le roi Bocchus pesant les avantages de livrer Jugurtha à Sylla, ou Sylla à Jugurtha.

Par la suite, il va affirmer sa position en remportant plusieurs succès lors de la guerre des Cimbres, fit prisonnier Copillus (général des Gaulois Tectosages), attira les Marses (nation italique nombreuse et guerrière) dans l’alliance des Romains et pendant la guerre sociale (de -91 à -89). Devenu une figure importante de la politique romaine, il devient le rival de Marius qui soutient le mouvement des populares, Sylla rejoignant le camp de l'aristocratie sénatoriale et conservatrice des optimates. Il affronte Marius et l'oblige à l'exil suite à la Première guerre civile de la République.

Consul en -88 avec Quintus Pompeius Rufus, il mène une campagne victorieuse contre Mithridate VI, roi du Pont, pour le contrôle des cités grecques d'Asie mineure, province romaine depuis -129 (campagne marquée par de nombreuses déprédations). Un conflit a eu lieu entre lui et Marius pour déterminer lequel mènerait la première guerre contre Mithridate, Sylla allant jusqu'à marcher sur Rome avec ses troupes pour empêcher la désignation de Marius soutenu par la plèbe, mais pas par le Sénat.

Après avoir vaincu les armées ennemies en Grèce, il y tombe gravement malade et doit y rester une année pour se faire soigner. Il y perd toutes ses dents, ses cheveux (il doit se faire faire une perruque), et sa peau s'affaisse profondément. Son visage se couvre de croûte qui ne font que le démanger, et le seul moyen pour lui de ne pas se gratter est de se saouler (jusqu'à la découverte d'un baume pour son visage pendant qu'il se bat en Italie).

De retour en Italie après la paix de Dardanos en -85 et la réorganisation de la province d'Asie, il doit affronter les partisans marianistes qui ont pris le pouvoir pendant son absence. Après la deuxième guerre civile en 81 av. J.-C., qui s'achève par la victoire des syllaniens, il fut nommé dictateur. Il prit alors le surnom de Felix (fortuné, chéri des dieux, qu'il expliqua lui-même un jour comme protégé de Vénus[1]), et effectua une purge politique par de nombreuses proscriptions. Il restaura le pouvoir du Sénat romain (79 av. J.-C.), dans l'espoir de sauver la République « aristocratique » et limita le pouvoir des tribuns de la plèbe, vecteurs de l'opposition populiste. Beaucoup de personnes sont obligées de se cacher ou de fuir dont Jules Caesar.

En 81 av. J.-C., il fonde la colonie romaine d'Aleria, en Corse. Durant cette même année, son neveu, Sextus Nonius Sufenas, institua les « ludi Victoriæ Sullanæ » afin de commémorer la victoire de son oncle à la porte Colline. En 80 av. J.-C., il transforme Pompéi en colonie romaine, du nom de Colonia Veneria Cornelia Pompeii : les colons romains remplacent alors les habitants chassés de leurs demeures.

_________________
Umbarma nà raina ve atta meldor ten in airë, mi melda, mi Héru.
Varya ar veuma i lië
Protéger et servir le peuple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernheart
Chef du Concile d'Argent
avatar

Masculin Nombre de messages : 640
Age : 35
Localisation RR : Ville-franche de rouergue - Comté de Rouergue
Date d'inscription : 20/12/2007

Feuille de personnage
Force:
103/255  (103/255)
Intelligence:
74/255  (74/255)
Charisme:
80/255  (80/255)

MessageSujet: Déclin de l'empire Romain   Lun 21 Avr - 22:18

Le déclin de l'Empire romain, aussi appelé chute de l'Empire romain désigne l'effondrement de l'Empire romain d'Occident. Il est daté habituellement du 4 septembre 476, lorsque Romulus Augustule, dernier Empereur de l'Empire romain d'Occident, fut détrôné.

Le terme fut utilisé pour la première fois au XVIIIe siècle par Edward Gibbon dans sa fameuse étude Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, mais il n'était ni le premier ni le dernier à spéculer sur ce pourquoi et quand l'Empire romain a chu. Cela reste une des plus grandes questions historiques, et a une tradition riche de participation d'érudits

Toutefois, beaucoup d'historiens mettent en question la date du 4 septembre 476, et utilisent d'autres expressions pour décrire cette "Chute". Les raisons du déclin de l'Empire romain font l'objet d'un certain nombre de théories controversées. Le grand nombre de conjectures développées est lié au manque de données objectives parmi les chroniques laissées par les annalistes qui vécurent à cette époque, une époque considérable par ses troubles.

_________________
Umbarma nà raina ve atta meldor ten in airë, mi melda, mi Héru.
Varya ar veuma i lië
Protéger et servir le peuple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Empire romain   

Revenir en haut Aller en bas
 
Empire romain
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bas empire Romain : biblio ?
» Des titres de noblesses dans le Saint-Empire - Ouvrage -
» Uchronies
» [lois] Périgord-Angoumois
» [Amitié] Marquisat des Alpes Occidentales et Saint Empire Romain des Nations Germaniques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ordre des Protecteurs :: Histoire-
Sauter vers: